Des charentaises à la station service

Cliquez sur la flèche pour écouter l’article : Des charentaises à la station service.

« Hâte toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie. » Sénèque

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais j’aime bien penser que les choses ne sont pas toujours là où on les attend. On peut découvrir une merveille dans une boutique obscure, dénicher une édition épuisée dans un vide-grenier et la robe de nos rêves dans un magasin pour les grand-mères. 

Ce genre de choses ne prévient pas et c’est toujours comme çà avec les bonnes nouvelles, le coup de foudre ou la chance qui décident de passer, de s’arrêter sur vous. Si vous n’êtes pas prêt, pas disposé à ce moment là ou que, pour un tas de raisons, vous êtes aveugle aux petites choses, vous ne verrez rien. L’impalpable, l’improbable vous tournera le dos et restera invisible à vos yeux.

C’est une chose que l’on apprend avec le temps ou avec notre évolution personnelle. En voyage, certains attendent les derniers jours pour acheter souvenirs et babioles pour ne pas s’encombrer pendant le séjour. Quel dommage ! C’est au cours des rencontres et des hasards de la route, que les coups de cœur et les pépites vont se présenter. Pas question de se dire que l’on va attendre, qu’une autre occasion plus belle, moins chère ou plus intéressante se présentera. Je vais vous dire un secret : cela n’arrive jamais. Sur ce marché, ce superbe sac est perdu pour toujours. Ce petit bracelet tellement charmant que cette petite dame a fait de ses mains ne passera plus sous vos yeux. 

Il en est de même pour les rencontres. Le temps est précieux aux gens qui s’aiment comme la magie d’une conversation, d’un regard. Si l’on n’arrête pas notre course folle, si nous ne prenons pas un moment pour savourer les liens qui nous unissent, nous allons les manquer.

Voici ce qui m’est arrivé en revenant de week-end la semaine dernière. Ce petit événement m’a donné envie de vous raconter ce qu’il m’a inspiré. Une anecdote pour vous dire de rester ouvert à ce qui passe. C’est à la station service en revenant de ces quelques jours de congés, un de ces lieux où l’on ne fait que passer juste pour prendre de l’essence, aller aux toilettes ou acheter quelque chose à manger. C’est là que je les ai vues. De magnifiques charentaises, une patronne accueillante et même s’il faisait chaud, j’ai essayé et j’ai craqué. Les bonnes couleurs, le bon décor et ma taille. Je savais que c’était le moment, c’était notre rencontre et je n’allais pas les retrouver de si tôt. Bien sûr, je les ai achetées et elles m’attendent sagement pour les jours froids de l’hiver.

Alors ouvrez les yeux, les oreilles et votre sixième sens pour les coups de cœur. Le sablier n’attend pas. Il s’écoule grain après grain. Pour profiter de ce qui se présente, n’attendez pas demain ou la semaine prochaine. C’est maintenant, à cette minute même où vous me lisez, où vous m’écouter, que la vie s’écoule.

Pour information, la station service est ESSO, RN 10, Aire de repos Est, 17210 BEDENAC et les charentaises sont de chez ROUDINAUD 😉
 

 

 

 

 

 

 

Merci d’être là, c’est un bonheur de vous écrire. Prenez soin de vous et de nos désirs. A bientôt !

 

Christine

Réveiller ses rêves et les réaliser.

Si vous avez reçu cet article par l’intermédiaire d’un ami et que vous voulez recevoir les publications inspirantes de La lanterne de papier, abonnez-vous sur le formulaire de NUAGE BLEU sur cette page. 

Si vous préférez la lettre du dimanche BULLE D’AIR qui dégomme la déprime du début de semaine. Ne manquez pas cette publication pour trouver un nouveau souffle et en finir avec le blues du quotidien qui reprend, abonnez-vous ! Le formulaire est sur cette page.