Comment j’ai pris un cours de bonheur

 

DSC05448Fermez les yeux. C’est pour mieux voir à l’intérieur. Parce que le bonheur c’est là où vous êtes maintenant et parce que c’est le vôtre. Que ressentez-vous ? Vous êtes seul(e) à le savoir. Vous êtes plutôt bien et c’est tant mieux. C’est plutôt pas terrible ? Alors essayez de vous demander ce que vous voulez ressentir ? Ce dont vous avez vraiment envie.

 

Samedi dernier, j’ai pris mon premier cours de bonheur pendant tout un après-midi. Parce que lire des livres c’est bien, mais agir enfin, c’est encore mieux. J’ai pris la décision après la lecture de Power Patate de Florence Servan-Schreiber. L’atelier s’appelait «Créer son bonheur ». C’est tout un programme et c’est très simple. Pendant trois heures, avec une trentaine de personnes nous nous sommes amusés. Parce que trouver son bonheur cela commence aussi par vivre joyeusement et par une phrase d’un illustre inconnu pour moi, du genre : ce n’est pas parce que l’on trouve le bonheur que l’on est heureux, c’est parce que l’on est heureux que l’on trouve le bonheur. Vous me suivez ?

 

Dans cet atelier, j’ai appris et fait des choses bizarres :

–          D’abord qu’il est important de penser à respirer de temps en temps.

–          Que je pouvais être fière de moi par les actions qui m’ont rendu particulièrement heureuse.

–          Que des images choisies tout à fait par hasard peuvent correspondre totalement avec toutes les choses qui me tiennent à cœur.

–          M’autoriser à faire sans limite la liste de toutes mes envies.

–          M’amuser à faire du découpage et du collage dans l’effervescence et la légèreté d’un groupe.

–          A afficher et expliquer mes rêves et mes doutes.

–          Et puis, je me suis fait une promesse en prenant la machine à remonter le temps.

 

Pour finir, j’ai appris que les autres peuvent vous porter et accepter ce que vous êtes quand vous êtes vraiment vous-même. Avoir deux ou trois personnes aussi précieuses dans son entourage c’est une grande chance et une nécessité.

 

Nous sommes seuls à décider de ce qui fait notre bonheur. Nous avons toutes les cartes en mains pour choisir les actions qui nous y mènent. Alors prenez un stylo, des ciseaux, des vieux magazines, des journaux, de la colle et étalez vos rêves sur une grande feuille ou dans un cahier, peu importe. N’ayez pas peur de mettre le paquet, voyez grand. Tout le monde mérite une belle vie et d’en être fier(e). Allez-y ! Etalez tout çà dans le salon, dans votre cuisine, où vous voulez. Parlez-en à tout le monde ou à personne. C’est vous qui décidez.

Voyez comme cela vous rend déjà heureux rien que d’envisager tous les possibles. Et surtout, n’oubliez pas que d’être heureux c’est contagieux pour vous et pour les autres. Alors, contaminez tout le monde en essayant d’être le plus heureux possible.

Laissez moi vos commentaires sur le site ou ici