Donne un nom à la poussière

Cette semaine, je suis restée chez moi tous les jours. Vous allez dire que je me suis ennuyée ? Et bien, pas du tout ! D’abord j’ai été malade et au fond de mon lit pendant trois jours d’affilée. Trois jours où j’ai été bien obligée de lâcher prise sur tout : tenue vestimentaire, quotidien, repas, habitudes… Vous allez me dire, mais après, tu as du trouver le temps long ? Absolument pas ! Scotchée chez moi, malgré le beau temps du printemps, j’ai lu un peu, regardé beaucoup de vidéo et j’ai découvert Arouna Lipschitz et sa voie de l’amoureux, ainsi que le travail sur le fil des saisons. C’est alors que j’ai trouvé le mot de la semaine …. 


PASSAGE C’est le sens que j’ai trouvé à cette maladie qui ne semblait pas être une grippe puisque je n’avais pas de fièvre mais qui voulait me clouer sur place, m’obliger à être là, mais pourquoi ? Et bien, grâce aux vidéos d’Arouna Lipschitz, j’ai réalisé que le Printemps que nous accueillons avec joie, n’est pas qu’une saison de plus dans la roue de notre année. C’est la saison où nous avons à nous débarrasser de notre vieille peau et à accepter de mettre au feu tout ce qui est mort en nous. Cette habitude qui nous fait plus de mal que de bien ? Au panier ! Ces comportements que nous ne supportons plus ? Basta ! Ces poussières, ces vieux débris qui encombrent armoires et mémoires ? Laissez tomber ! Jetez tout çà et ne garder que ce qui a marché et ce que vous avez réussi. C’est le message du printemps et il est nécessaire pour nous de faire le ménage.

Pâques est ce moment de l’année où nous avons à passer une porte pour aller plus léger vers la suite de notre vie. Bien sûr, la peur de lâcher, de changer est là et nous avons tendance à garder bien au chaud ce qui nous encombre pour le cas où, mais ce n’est qu’une grosse valise qui nous empêche d’avancer plus léger et qui est posée entre nous et la lumière. En ce qui me concerne, j’ai décidé de mettre toute mon énergie dans ma nouvelle activité de BIBLIOTHÉRAPEUTE CRÉATIVE et au cours, des semaines à venir, vous allez voir des transformations apparaîtrent petit à petit.

Voici un livre que j’ai beaucoup aimé et dont le titre à lui seul mes propos Passagère du silence de Fabienne Verdier qui fait un travail magnifique en peinture.

Les livres étant eux mêmes de merveilleux passeurs d’un monde à un autre, mais aussi de bons guides pour tourner aux carrefours et donner du sens à nos vies, je vous souhaite de radieuses lectures et un beau passage pour ce moment de Pâques à Pessah (23 avril). N’oubliez pas de nommer vos poussières pour les connaître et vous en débarrasser. 

Pensez à laisser vos commentaires sous l’article ou si vous voulez m’écrire à lanternedepapier@gmail.com