Un goût de fin d’année pour aiguiser nos antennes de papillon

 

Aiguisez vos antennes de papillon

Pour écouter l’article cliquez sur la flèche pour démarrer : 

Nous méritons nos rencontres. Elles sont accordées à notre destinée et ont une signification qu’il appartient à chacun de découvrir. St Exupéry

Mercredi, j’ai eu mon dernier cours de danse. C’était un peu comme la fin des classes. Le planning était bouleversé, les deux cours ont eu lieu en même temps pour pouvoir se retrouver après. Nos habitudes ont disparues dans une légèreté joyeuse. On avait cours mais ce n’était plus tout à fait la même chose. On savait que l’année était finie.

Juin est là et l’on se dit que toutes ces semaines et ces mois sont passés bien vite. On est heureux d’avoir fait tout ce chemin, on a évolué, un peu progressé. On est ému de nous voir si beaux à danser ensemble, de quitter le groupe et notre belle professeure. Les émotions qui nous fendent le cœur, les yeux au bord des larmes et le sourire qui gagne toujours à la fin. On préfère.

Tout au long de l’année, on a rencontré de nouvelles personnes mais c’est au dernier cours qu’on leur parle vraiment, qu’on s’intéresse un peu plus à ce qu’elles font dans la vie. On prend le temps de discuter, de boire un verre ensemble et de partager ce que chacun a apporté. Bizarrement, c’est souvent quand on sait que l’on va se quitter, quand on est au bout du chemin, que l’on réalise tout ce qu’il y a autour de nous et combien c’est important.

Combien de fois, nous avons découvert une personne formidable, au dernier jour d’école, des vacances, de boulot ? On se demande bien pourquoi on n’a pas été plus tôt vers elle pour mieux la connaître. Faut-il que les choses viennent à disparaître pour que l’on considère avec attention ce qui nous entoure ?

Bien sûr, on ne le fait pas exprès. On est tous pris par nos vies, nos journées qui se succèdent, nos soucis, notre travail et nos peurs aussi. On va faire ce que l’on connaît déjà parce que c’est plus facile et plus confortable. Alors je me dis que cet été, avec les beaux jours, on pourrait essayer de profiter, de regarder mieux autour de nous, d’être plus à l’écoute et d’aiguiser nos antennes de papillon. Prendre le temps de humer l’air, d’être plus attentif et plus présent là où nous sommes. Oser regarder droit dans les yeux, sourire, rire, avoir plus de confiance en nous et en l’inconnu qui passe à notre portée.

Christine

Réveiller ses rêves et les réaliser.

Si vous avez reçu cet article par l’intermédiaire d’un ami, abonnez-vous sur le formulaire de NUAGE BLEU sur cette page pour recevoir les publications inspirantes de La lanterne de papier. 

Si vous préférez la lettre du dimanche BULLE D’AIR qui dégomme la déprime du début de semaine. Ne manquez pas cette publication pour et en finir avec le blues du quotidien qui reprend, abonnez-vous ! Le formulaire est sur cette page.