Le club des Incorrigibles Optimistes

Rien que le titre donne envie de le prendre dans ses bras et de lui dire : “enfin je t’ai trouvé cher Club des Incorrigibles Optimistes, où étais-tu caché ? Je t’attendais et te voilà enfin ! ” J’avais déniché l’organisation qui allait supplanter “la tribu des pas possible” (cf Marc Lévy ;-)) C’est dans ma chère bibliothèque de Luynes, récemment rebaptisée Médiathèque depuis qu’elle a emménagée dans de nouveaux locaux flambants neufs, que j’ai trouvé ce livre formidable, enthousiasmant générateur de bonheur.

L’histoire pourrait paraître banale : Michel, un adolescent des années soixante se traîne au lycée, n’aime que la compagnie de son meilleur ami Nicolas avec qui il triomphe dans des parties mémorables de flipper dans son café préféré Le Balto. Comme je les envie d’avoir un café préféré, un QG comme dit un certain Guillaume  :-). Sa frangine est casse-pied et son grand frère donneur de leçons, sa copine Cécile capricieuse, douce et fragile. La routine quoi ! Bien sûr il y a les parents qui ne sont jamais d’accord tout en essayant de ne pas le montrer, des cousins énervants, un oncle exubérant, la guerre d’Algérie qui laissera des traces indélébiles, la découverte du rock’n’roll, de l’amitié, de l’amour… Mais il y a une personne que Michel adore c’est son père. On pourrait dire son héros, celui qui est toujours debout et assume tout, y compris les catastrophes…

La bouée de sauvetage de Michel dans tout ce chaos existentiel et familial c’est la lecture qu’il pratique tout au long de sa journée sans interruption sur les bancs de l’école ou en traversant aux passages piétons. Et puis, il y a ce fameux club d’Incorrigibles Optimistes du Balto, les amis de Michel, ces joueurs d’échecs émigrés, pauvres, silencieux, grandiloquents,  russes souvent, qui racontent leur vie en cachette et qui aiment faire la fête pour un oui ou pour un non.

Michel se fait engueuler, pique des crises, râle, pleure, apprend la vie et on n’a qu’une envie qu’il soit notre petit frère, notre voisin, notre ami. On a envie de lui dire : ” t’inquiète, çà va passer, c’est juste la vie qui passe et qui nous apprend à grandir”. Les personnages sont magnifiques, émouvants, grandioses et terriblement humains et attachants, tout comme notre ami Michel que l’on n’a jamais envie de quitter et qui nous laisse le regret d’avoir lu trop vite.

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez suivre les publications de La lanterne de papier, inscrivez-vous sur les formulaires affichés sur la page pour recevoir les inspirations poétiques de La boussole et l’énergie de Youpi c’est lundi !

Merci de partager votre enthousiasme auprès de vos amis en leur transmettant le lien https://lalanternedepapier.com/club-incorrigibles-optimistes/ 

Si vous souhaitez acheter ce livre, deux librairies à Tours La boîte à livre et Le livre. Le club des incorrigibles optimistes existe en audio. L’auteur est Jean-Michel Guenassia : bravo pour cette reconstitution de l’époque et cette galerie de personnages. Editeur Albin Michel.

Et si ce livre vous donne envie de DEVENIR L’HÉROÏNE DU ROMAN DE VOTRE VIE, passez à l’atelier …

Pour finir une petite blague tirée du livre : Vous savez ce qu’est un quatuor à cordes soviétiques ? … Un orchestre symphonique de retour d’une tournée à l’Ouest ! :-)))

Et n’oubliez pas, un livre que vous aimez vous donne envie de vivre plus intensément 😉

Christine