Connaissez-vous le papier lune ?

 

 

Ce que j’aime dans le fait de partir, ce n’est pas tant la route et le voyage, c’est aussi tout l’espace que cela dégage devant soi, tous les ciels que cela fait découvrir qui tout d’un coup nous font apercevoir d’autres paysages mais aussi d’autres cieux. Vous me direz, c’est le même ciel partout sur la terre non ? Croyez-vous que nous sommes pareils ici ou là-bas ? Avons-nous les mêmes yeux devant nos fenêtres, sur notre balcon ? Prenons-nous le temps de regarder ce ciel que nous avons au-dessus de nos têtes avec assez d’attention, penchés que nous sommes sur nos tâches, notre travail, nos soucis, notre quotidien ?

Un après-midi en ville, j’ai vu, dans le concert assourdissant de dizaines de piaillements, un fabuleux vol d’oiseaux migrateurs et j’avais été totalement émerveillée par ce cadeau que des bêtes me faisaient, rien qu’en passant dans le ciel. Je ne sais pas si c’était des oies sauvages ou autre mais je sais que cela m’avait ramenée à quelque chose de plus grand que moi, de plus puissant, qui me disait que je faisais partie de cet univers. Quoique nous en pensions, terre à terre que nous sommes, nous habitons une petite planète perdue dans l’immensité de l’univers, au milieu de ce magnifique ciel qui est notre pluie et notre beau-temps.

Parfois même, ce ciel s’invite dans notre quotidien le plus trivial et nous fait un petit clin d’œil dans nos expressions familières. Mon oncle Paul ne me dira pas le contraire, car c’est de lui que je tiens le joli nom de papier-lune, une poésie à lui tout seul, pour nous humains habitant entre ciel et terre, entre soleil et lune.

Et vous pouvez continuer le voyage, faire le tour de la terre, rester chez vous, visiter le trésor de votre imaginaire ou encore explorer des pistes pour mieux-être. 

Je vous souhaite une belle route et de temps en temps, levez les yeux pour admirer le ciel.