Trouver sa place

Quelle est la place que vous occupez ?

Le dicton populaire que vous connaissez sans doute, nous dit : “chacun à sa place et les vaches seront bien gardées”. Oui mais vous, quelle est votre place, celle que vous ne voulez pas lâcher ou celle pour qui vous vous êtes déjà battu-e pour l’obtenir ? Peut être même êtes-vous encore à la chercher désespérément, toujours entre deux chaises.

Que ce soit à table, dans votre famille, dans le train, à votre travail, pourquoi cette place est-elle si importante pour vous et si difficile à prendre, à garder ?

Est ce parce que c’est celle près de votre père, de votre mère ? Est-elle près de la cuisine, du radiateur ou au contraire loin des fourneaux, près de la porte ? C’est celle de la princesse, du chouchou, de l’aîné-e, du cadet. C’est la place que vous avez toujours eu et qu’aucun nouveau ou nouvelle venue ne doit se risquer de s’y installer. Peut être avez-vous peur que cette position vous soit enlevée et qu’ainsi vous seriez déchu-e d’un rôle, d’un privilège ? 

Avez-vous remarqué comme cette place peut être source de conflit avec certains membres de la famille, des collègues, des partenaires, des concurrents, des inconnus. Que ce soit dans les transports en commun ou en voiture, la place près du chauffeur, celle près de la fenêtre, près du couloir, à l’arrière mais pas au milieu.

Cette place que nous jalousons ou gardons précieusement semble cristalliser toutes les peurs et toutes les frustrations que nous avons de ne pas avoir notre place. Et plus nous nous arc-boutons sur cette place que l’on nous a prise, plus nous la convoitons, plus elle semble être le signe de notre quête pour être reconnu-e, légitime, apprécié-e, aimé-e tel que nous estimons être dans notre droit.

Pourtant il existe une place qui devrait nous intéresser particulièrement.

Celle-ci pourrait peut-être bien guérir toutes les autres. La place qui nous sera toujours réservée, celle dont nous héritons de plein droit et que personne ne peut prendre. Elle est libre.

Seul le roi Arthur peut déloger l’épée Excalibur de sa gangue de pierre. Aucun autre prétendant n’est capable de la libérer pour occuper ce trône qui ne lui est pas destiné. Aucun prince, aucune princesse ne peut s’installer sur le siège exactement fait pour vous. C’est votre place dans le monde, celle que personne d’autre que vous n’est en mesure de prendre. Inutile de vous battre, de hurler, de quémander, d’ordonner, de vous fâcher. Lorsque vous êtes à votre place, vous n’avez plus besoin de tout cela, vous y êtes, c’est tout, c’est évident, c’est simple, c’est là.

Vous ne trouverez peut être pas tout de suite votre place.

Il vous faudra en essayer d’autres avant, vous ajuster, vous tromper mais ce que vous êtes, ce que vous faites, de la manière unique qui vous est propre, personne d’autre que vous n’est capable de l’être, de le faire, de l’avoir. Prenez votre place, elle est faite pour vous et elle vous attend.

Ne t’attache en toi qu’à ce que tu sens qui n’est nulle part ailleurs qu’en toi même. André Gide

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à laisser un commentaire, écrivez-moi et suivez vos rêves, ils connaissent le chemin, çà commence par ici et recevez l’atelier gratuit à télécharger.

Vous avez envie d’aller plus loin ? Alors faites un petit tour du côté des ateliers, faites moi signe et  laissez un message.