Ras le bol du développement personnel

Si c’est obligatoire, on a moins envie d’y aller non ?

Cette semaine, j’ai fait un break et je n’ai pas fait grand chose car j’avais décidé d’être en vacances. Je sentais que c’était dans l’air du temps et çà me convenait très bien. Cela m’a pris dimanche matin, je me suis dit que c’était le moment et je l’ai fait. J’espère que pour vous aussi la semaine a été dans le sens du ralentissement. Si non, peut être pourrez vous le faire ce week-end ?

On a beau entendre qu’il faut faire comme ceci ou comme çà, les conseils c’est bien joli mais le plus important c’est quand même ce que l’on ressent pour soi même qui compte au final. La mode est au travail sur soi et au développement personnel. Cela devient presque obligatoire et des fois, on se dit RAS LE BOL ! Quelque chose en nous dit de régresser, de se cocooner, de passer du bon temps, de prendre le temps de faire des choses qui ne servent à rien. A rien, en est-on vraiment sûrs ? 

C’est comme toutes ces personnes qui nous disent : regardez dans tel appareil, logiciel ou autre, je peux télécharger ou stocker des milliers de musiques, films, photos… ou x mégas de mémoire. Franchement, qu’est ce qu’on s’en fout non ? Personne n’a assez de temps pour écouter ou regarder tout ce que l’on nous propose d’écouter, de regarder, de faire. Les magasins regorgent de vêtements ou d’objets, alors que nous savons très bien que notre vie ne suffira jamais à porter tout çà ou que notre maison ne pourra jamais contenir tout ce que l’on nous veut nous vendre.

Cela ne vous est jamais arrivé d’aller faire les magasins avec une envie d’acheter, de profiter et de revenir sans rien ? Moi si. Quelques fois, il y a tellement de choix, tellement de choses que çà me coupe le désir de quoi que ce soit, paralysée, je rentre chez moi sans rien avoir de plus. Sans doute que c’est quelque chose d’autre qui me manquait… à moi de trouver non ? 

On s’extasie devant tous les choix, toutes les possibilités, oui bien sûr c’est génial et notre époque est extraordinaire pour çà. Mais est ce que cela n’était pas vrai à d’autres époques ? Est ce que les personnes qui vivaient il y a 100 ans ne pouvaient pas se dire la même chose ? Est ce qu’il n’y avait pas des milliers de choses à découvrir ?

L’immensité du choix qui nous est offert qu’en faisons nous ? Décidons nous de vivre une autre vie, plus belle, plus intéressante, plus extraordinaire ? La quantité des choix qui s’offre à nous n’est-elle pas une fausse liberté noyée dans la masse ? Cette masse qui fait que nous ne choisissons rien au final ou bien nous zappons sans vraiment nous arrêter sur quelque chose de vraiment important pour nous.

Sur mon bureau, il y a une phrase que j’aime beaucoup et la voici : 
Parfois on touche la vie des gens rien qu’en existant. J.K.Rowling

Bien à vous,

Christine

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à laisser un commentaire, écrivez-moi  J’adore recevoir du courrier. Je vous attends de l’autre côté de votre écran… Vous avez envie d’aller plus loin ? Alors faites un petit tour du côté des ateliers
Si cette lettre vous a été envoyée de la part d’un ami et vous avez envie de vous inscrire pour recevoir Suivre l’étoile de vos rêves directement dans votre boîte mails : çà commence par ici et recevez l’atelier gratuit à télécharger.
Vous pensez que cela peut intéresser une personne que vous connaissez, merci de lui transférer ce message. Vous êtes mes délicieuses ambassadrices et mes charmants ambassadeurs. Merci à vous !